mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visiteurs depuis création

Les consommateurs bio mangent mieux et se portent mieux PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Aubert   
Mercredi, 05 Mars 2014 15:55

Une tude rcente ralise en France, la premire au monde de cette ampleur, compare des consommateurs bio et des non consommteurs. Le Communiqu de Presse ci-dessous montre qu'ils ont de meilleures habitudes alimentaires et - conclusion la plus intressante -qu'ils sont beaucoup moins souventobses et en surpoids, apport calorique et niveau d'exercice phyusique quivalent. l'explication la plus plausible est la moindre exposition aux pesticides, sachant que plusieurs autres tudes ont mis en vidence une corrlation entre l'exposition aux pesticides et l'obsit (et le diabte).

Communiqu de Presse de la coordination de ltude NutriNet-Sant, 18 octobre 2013 Unit de Recherche en Epidmiologie Nutritionnelle Inserm / Inra / Cnam / Universit Paris 13 loccasion de leur article paru dans PlosOne prsentant le profil des consommateurs de produits Bio en France: tude sur plus de 50000 participants la cohorte NutriNet-Sant

Le style de vie, les consommations alimentaires, les apports nutritionnels et ltat de sant des consommateurs de produits de lagriculture biologique (Bio) nont fait lobjet que de peu dtudes scientifiques au plan international, ainsi quen France, malgr lintrt et le nombre croissant des consommateurs de produits Bio.
Dans ce protocole spcifique ralis dans le cadre de ltude NutriNet-Sant, lattitude et la frquence de consommation de 18 produits Bio, dont 16 aliments, ont t valus dans un sous-chantillon de 54 311 nutrinautes adultes. Globalement, les produits Bio sont perus comme tant meilleurs pour la sant (69,9 %) et pour lenvironnement (83,7 %). 51% des rpondants les considrent comme trop chers.

Une analyse statistique par cluster (groupes) a permis didentifier des comportements types vis vis de la consommation Bio.

- Les non-consommateurs (NC) =19193. Ils se rpartissent en 3 groupes diffrents en fonction de la raison de non-consommation de produits Bio: a) manque dintrt pour ces produits, b) attitude dvitement(vitent de consommer ces produits) ou c) cot trop cher (ne consomment pas ces produits car considrent que prix est trop lev).

- Les consommateurs de produits Bio: consommateurs occasionnels (OC= 27512) ou rguliers (RC= 7606).

Les consommateurs rguliers de produits Bio prsentent des caractristiques diffrentes, par rapport aux non consommateurs :

  • ils ont un niveau plus lev dducation et sont physiquement plus actifs, mais ont un niveau de revenus comparables aux non-consommateurs Bio (except pour le groupe des NC qui invoquent un cot trop cher pour ne pas consommer les produits Bio).
  • leurs choix alimentaires tendent plus vers des produits vgtaux et peu raffins chez les hommes (H) et les femmes (F) : plus de fruits (H+20% et F+31%), de lgumes (HF+ 27 %), de lgumes secs (H+49% et F+85%), de fruits coque (noix, amandes, noisettes: H+239% et F+381 %), dhuiles vgtales (HF+37%), de crales compltes (H+247% et F+153%), avec moins de boissons sucres (H-34% et F-46%) ou alcoolises (H-18% et F-8%), de charcuteries (HF-31%), de lait (HF-43%) et de fastfoods (H-22% et F-25%). Leur alimentation globale (mesure laide dun score valid) est plus proche des recommandations du PNNS.
  • leurs apports caloriques moyens journaliers sont identiques, mais leurs apports sont plus levs pour les vitamines et minraux (+10 20%), les acides gras omga-3 (+20%) et les fibres (+27 %).

Enfin, aprs ajustement (prise en compte des diffrences observes par ailleurs entre NC et RC), ils ont une moindre probabilit dtre en surpoids (H-36% et F-42%) ou dtre obse (H-62% et -48%).
Il est observ que les consommateurs occasionnels ont des donnes intermdiaires entre les non consommateurs et les consommateurs rguliers pour les paramtres tudis.

En conclusion, les consommateurs rguliers de produits Bio ont des caractristiques socio-dmographiques particulires et globalement un profil plus en accord avec le concept dalimentation durable, et plus bnfique pour la sant. Les effets long terme sur ltat nutritionnel et le risque ou la protection de maladies chroniques seront tudis plus en dtails durant le suivi de cette cohorte qui devrait durer encore au moins 5 ans.

*Profiles of organic food consumers in a large sample of French adults: results from the Nutrinet-Sant Cohort Study publi dans la revue scientifique internationale PlosOne le 18octobre 2013, par Emmanuelle Kesse-Guyot1, Sandrine Pneau1, Caroline Mjean1, Fabien Szabo de Edelenyi1, Pilar Galan1,2, Serge Hercberg1,2 et Denis Lairon3.

1 Centre de recherche Sorbonne Paris Cit, UREN (Unit de Recherche en Epidmiologie Nutritionnelle), Inserm (U557); Inra (U1125), Cnam, Universit Paris 13, Bobigny; 2 Dpartement de Sant Publique, Hpital Avicenne, Bobigny; 3 Unit de recherche Nutrition, obsit et risque thrombotique; Inserm (U1062); Inra (1260); Aix Marseille Universit, Marseille. France.

Pdf disponible sur le site www.plosone.org

Mise à jour le Samedi, 08 Mars 2014 16:53